| Forum-EFE Actualités |

3 questions à... Valérie GACKIERE

Interview de Valérie GACKIERE, fondatrice de Ekologicall, un projet zéro déchet

Qu’est-ce qui vous a amené à vous implanter dans ce pays et à y créer votre entreprise ?

Avant de suivre mon mari aux USA, j’étais DRH chez CBS Interactive, le groupe de média américain. J’adorais mon métier même si la vie de DRH n’est pas tous les jours facile. Quand mon mari m’a fait part d’un projet de départ aux USA, je l’ai encouragé à fond. C’était le bon moment, nos enfants étaient encore petits (3 et 6 ans). Nous avions toujours rêvé d’une expérience professionnelle à l’étranger mais on pensait que c’était trop tard. Il n’est jamais trop tard !

Quand on vit aux US, on se prend un vrai choc ! Le peu de conscience écologique est frappant. Je voulais agir mais je ne savais pas comment. J’ai travaillé pour une société de packaging… (les coussins d’air des paquets Amazon, ce sont eux !). Clairement, le fait de participer à la production de déchets m’a posé question. Pendant 1 an, j’ai entrepris de me documenter sur les sujets environnementaux. J’ai regardé des dizaines d’heures de documentaires, lu des livres, suivi des MOOCs, fait des rencontres. La première chose que j’ai faite, c’est organiser des séances d’information sur la pollution plastique dans l’école de mes enfants. Les enfants sont très réceptifs. Mais impossible d’en vivre : les écoles n’ont pas le budget pour ce type d’intervention.

En côtoyant les familles américaines de ma région, j’ai compris plusieurs choses. La première, c’est que les Américains sont très peu renseignés sur ces sujets, mais l’intérêt est là, c’est certain. Il l’est d’autant plus quand on présente les aspects liés à la santé. Le cancer touche de nombreuses familles ici, alors plus que l’impact sur la planète, l’argument de l’impact sur la santé leur parle davantage. La deuxième, c’est que l’Américain a besoin qu’on lui propose des solutions. Il veut du pratique. Une fois qu’il a pris conscience du problème, il lui faut des solutions clé en main.


Pouvez-vous nous présenter votre activité professionnelle en quelques mots et ce que vous retirez de cette expérience d’entrepreneur français à l’étranger ?

Ekologicall est une boutique en ligne qui propose des produits d’entretien et de soins naturels et non toxiques. Je propose également une "refill station" où je vais remplir les bouteilles de produits pour le corps et ménagers de mes clients à leur domicile, sans contact depuis le Covid. Ekologicall, ce sont également des ateliers de formation pour les adultes, les mamans, les familles. L’idée c’est de susciter la curiosité, provoquer un déclic et montrer que les solutions sont faciles à mettre en œuvre.

Soyons clairs, ici, tout est super simple pour les entrepreneurs ! Je ne sais pas si j’aurais osé me lancer en vivant en France. Ici, enregistrer mon entreprise a pris 10 minutes sur internet, pour les impôts : tout se fait en ligne. Pour ma boutique Internet, j’utilise Shopify, ultra simple. Pour les fournisseurs, j’ai rencontré une jeune femme qui a ouvert sa boutique en dur dans le Minnesota, et elle m’a pas mal guidée. Et puis, il y a une belle communauté française à Charlotte, et je commence à me faire connaître… On avance !

Quel est le lien de votre activité professionnelle avec la France et comment le voyez-vous évoluer dans les prochaines années ?

Je souhaite que le bilan carbone de mes produits soit le plus bas possible, c’est pour cela que je sélectionne des produits faits aux États-Unis, en Caroline du Nord.

Cependant, il ne faut pas se voiler la face, tous les produits en bambou que nous voyons inonder le marché viennent de Chine. C’est pour cela que lorsque j’ai introduit les brosses à dents Lamazuna à tête rechargeable, je n’avais aucune honte à expliquer mon choix. C'est donc avec fierté que j'ai proposé ces produits Made in France sur mon site.

Interview réalisée par Expat Communication - FemmExpat.com

 

Lire la suite